Fenaison motorisée

La faucille est sûrement , avec la houe et l’ araire , l’un des plus vieux outils agricoles . Ce sont les américains De Hussey et Mac Cormick qui , entre 1830 et 1840 , sont les précurseurs des faucheuses à sections et à mouvement alternatif encore utilisée actuellement .

La fenaison a évolué de façon identique à la culture des sols , et la mécanisation du fauchage s’est faite dès les années 1830-1850 . Très rapidement chaque exploitation agricole, même modeste , possédera sa faucheuse à traction animale , et cela durera jusqu’ aux années 1960 et après . Cependant , il faudra attendre l’ après guerre pour voir évoluer la fenaison dans les herbages de montagne français , là où les attelages de chevaux ou de boeufs ne pouvaient s’ aventurer . Le travail de fenaison s’y faisait exclusivement à la main : faux, râteau , et transport du foin à dos d’ homme dans de grands ballots de toile .

Dès l’ apparition du moteur à essence , certains tentèrent de motoriser le fauchage en adaptant le moteur auxiliaire sur la faucheuse à traction animale , par exemple Fendt en Allemagne , Rapid et Aebi en Suisse , Daloz en France , pour aboutir à une machine automotrice appelée polymoteur ,autofaucheur ou motofaucheuse . Les premières motofaucheuses à barres de coupe frontales sont construites en Suisse par Rapid dès 1926 et en Allemagne par Gutbrod-MotoStandard en 1938-1939 . Stafor est le précurseur français en 1932 . C’est seulement vers 1950 qu’on voit se développer les ventes des premières motofaucheuses dans les Vosges , les Alpes , le Massif Central et les Pyrénées . Les marques MotoStandard , Stafor , Agria , Aebi , Rapid , Record , Reform se partagèrent le marché du moment .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *