Histoire de la clientèle des motoculteurs

Historiquement, on distingue principalement 3 catégories de clients de motoculteurs  .

Les maraîchers , situés principalement autour des grandes villes et qui exploitent des surfaces moyennes de 1 à 5 ha . On y travaille en famille . Les labours se font avec le cheval , mais les semis ,  binages et récoltes sont manuels . Les outils de binage et de buttage sont fabriqués par les artisans locaux . Là , la motorisation a été rapide , le motoculteur étant l’ engin le plus approprié pour labourer et ameublir le sol avec la fraise . Plus tard l’ équipement a été complété par la houe rotative et la motobineuse . Cependant , après 1960 , les villes s’ étendent et exproprient les terrains des maraîchers des banlieues , ce qui les oblige à s’ implanter beaucoup plus loin des centres et à pratiquer une culture plus expansive . Certains s’ orienteront même totalement vers la culture hors sol, sous serre . Aujourd’hui , les maraîchers travaillent tous au tracteur , mais certains ont gardé motoculteurs et motobineuses pour des travaux spécifiques .

L’ horticulteur-pépiniériste exploite une surface  moyenne de 1 à 5 ha . Les rosiéristes du Val de Loire sont réputés depuis plusieurs siècles . Ils se sont développés en cultivant également d’ autres plants, tels fruitiers , vignes, forestiers ou plantes à massifs . A cette époque , ils effectuent déjà les labours profonds au treuil , avec un engin à chaque bout de sillon pour tracter la charrue avec un câble . Ils utilisent alors le mototreuil Plumett à moteur électrique ou le Gloppe à moteur thermique . les pépiniéristes seront parmi les premiers à s’ équiper de motoculteurs Energic et Laffly qui permettent de faire des labours profonds, et comportent un treuil adaptable . Certains achèteront  des monoroues pour les binages , comme les Gravely , Labor, Bouyer,  mais beaucoup garderont longtemps leur cheval , qui passe dans les plants sans les abîmer , contrairement aux roues métalliques des motoculteurs .

Le viticulteur et l’ arboriculteur . Dans beaucoup de régions viticoles et arboricoles où les parcelles sont petites , l’ espacement des rangs était prévu pour le travail au cheval . Le motoculteur fut l’engin privilégié pour remplacer le cheval dans les exploitations de petite surface . Energic , qui est implanté à Villefranche sur Saône , expérimenta ses matériels dans les vignes du Beaujolais voisin, ce qui lui permit de vendre dans tout le Sud-Est et le Sud-Ouest dès 1930-1935 . La motorisation des vignobles avec les motoculteurs continua après 1945 , jusqu’ aux environs de 1970 , quand apparurent les tracteurs étroits à 2 et 4  roues motrices et les tracteurs enjambeurs . Aujourd’hui , les surfaces de vignobles sont toujours aussi réduites, mais les méthodes culturales ont évolué : arrachage d’un rang sur deux pour passer plus facilement , désherbage pour supprimer les chaussages et déchaussages des ceps .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *