Moteurs de motoculteurs

Au début, certains utilisèrent les moteurs monocylindriques de motocyclettes de l’ époque , mais très vite chacun se résolut à construire son propre moteur , comme Staub , Energic , Somua , et Stafor pour les motofaucheuses .

Ceux-ci pesaient généralement plus de 100 kg pour une puissance relativement faible . Dès que Bernard Moteurs eut des moteurs adaptables et performants , c’est à dire après 1 950 , les principaux constructeurs français adoptèrent le moteur BM , beaucoup plus léger que ce qui existait précédemment sur le marché . Le W 610 de Bernard , par exemple , pesait seulement 36 kg . Les moteurs américains Brigg & Straton , Tecumseh , Clinton et Kohler furent aussi exploités sur motoculteurs , puis sur motobineuses . Les moteurs diesels Hirth , Sachs , Faryman , Hatz , firent leur apparition sur le marché dès 1960 , et équipèrent la plupart des marques de motoculteurs .

Tous ces moteurs démarraient au kick de type moto , à la cordelette ou à la courroie enroulée sur la poulie-moteur , d’autres utilisaient la manivelle . Aujourd’hui , les moteurs sont pourvus d’un lanceur à rappel automatique , et beaucoup ont un démarreur électrique . Les premiers moteurs étaient à refroidissement à eau , par exemple Somua , mais très vite on en vint au refroidissement à air , ventilateur à ailettes incorporé au volant-moteur . L’ allumage du moteur , primitivement assuré par magnéto , qui s’est longtemps fait par volant magnétique , l’est aujourd’hui par allumage électronique . Compte tenu de l’ air ambiant poussiéreux dans lequel travaille un motoculteur , le filtrage de l’air est important . C’est pourquoi l’ usage du filtre à bain d’ huile s’est vite généralisée sur tous les matériels .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *