Structure du motoculteur

La conception du motoculteur a été influencée par les origines professionnelles et régionales des constructeurs .

Staub et Somua , par exemple , situés en région parisienne et proches des maraîchers de la ceinture verte de Paris , sont déjà fabricants d’ engins mécaniques quand ils construisent leurs premiers motoculteurs . Ils utilisent les sous-ensembles automobiles de l’ époque , auxquels ils sont habitués . Le châssis est constitué du carter boîte-pont qui comprend tous les organes de transmission , essieu-moteur , déclabotage ou différentiel blocable , les freins, les demi-arbres sur lesquels sont montés les moyeux réglables qui permettent d’ élargir la voie selon les profondeur et largeur de labour désirées ( sans moyeux réglables , il fallait retourner les roues pour obtenir la voie adéquate ).

Cependant , les motoculteurs légers , transformables en monoroue , tels que Bouyer et Labor , utilisent la transmission par chaînes sous carter acier . Le guidage est assuré par les mancherons fixés au bâti , généralement réglables en hauteur et en largeur pour permettre de marcher à côté du travail fait et s’ adapter à la hauteur du conducteur . Sur les mancherons sont généralement fixés toutes les commandes de conduite .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *